Fonds Prost-Rosset, fabricants de mètres à Longchaumois

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

176J1-63

Date

1855-1960

Description physique

2,43 m.l.

Biographie ou Histoire

Le fonds Raoul Prost-Rosset est un témoignage unique pour les Archives du Jura de l'activité de fabrication de mesures linéaires dans le Haut-Jura. L'entreprise Prost-Rosset, dont l'histoire débute au milieu du XIXe siècle, était le dernier atelier de fabrication encore en activité à Longchaumois dans les années 1960. L'outillage, bien que rudimentaire, permettait la fabrication de mètres métalliques pliants d'une précision étonnante et en différentes unités de mesures françaises et étrangères. La production était vendue dans toute la France, mais également en Europe et dans le monde.

L'activité de fabrication des mètres fait son apparition à Longchaumois vers 1840. Les dénombrements de population mentionnent neuf ateliers à la fin des années 1880. Certains sont spécialisés dans les mètres en bois (en buis principalement), d'autres réalisent uniquement des mètres en métal, et d'autres encore travaillent les deux matières. La société Prost-Rosset, créée en 1866 par deux frères, Emile et Henri, est spécialisée dans les mètres pliants en métal. Pour ce faire, les fabricants commandent à des fonderies et laminoirs des feuilles de métal (laiton, cuivre, maillechort&), qu'ils découpent et polissent. Les morceaux obtenus sont ensuite gradués au moyen de caractères et de chiffres en métal puis cloués ensemble. Ils sont vendus, en « grosses » (douze douzaines), à des quincailleries, des magasins d'outillage et d'articles de dessin, des entreprises et des ateliers de fabrication (horlogeries, lunetteries&) ou des comptoirs de vente de produits locaux (« articles de Saint-Claude »). Ils sont aussi distribués comme échantillons à un vaste réseau de représentants et voyageurs de commerce qui les proposent à leurs clients et font ensuite parvenir les bons de commandes à l'entreprise Prost-Rosset. Les mètres sont ainsi exportés dans toute l'Europe (Belgique, Suisse, Italie, Espagne&) mais aussi en Russie, au Royaume-Uni ou en Afrique du Nord.

À la mort d'Emile en 1897, l'activité continue par le biais de sa veuve et de son fils Raoul, né en 1881. C'est en 1913 que Raoul Prost-Rosset prend officiellement le contrôle de la société et poinçonne ses initiales sur les mètres qu'il fabrique. À son décès en 1960, son gendre André-Marcel Comoy honore les dernières commandes et ferme l'entreprise. Le bâtiment de l'atelier, situé 26 Grande Rue à Longchaumois, a fait l'objet d'une notice par l'Inventaire du Patrimoine de Bourgogne-Franche-Comté, qui donne un aperçu de l'intérieur de l'atelier et du matériel qui s'y trouvait, lorsqu'il était en fonctionnement.

Histoire de la conservation

Le fonds d'archives a été donné aux Archives du Jura en 2023 par M. Comoy, petit-fils de Raoul Prost-Rosset. M. Comoy avait confié le matériel et les outils de son grand-père Raoul Prost-Rosset à la commune de Longchaumois, via l'Association du patrimoine industriel chaumerand dont il est le président, pour y être conservés en attendant de pouvoir trouver un local d'exposition dédié à cette collection. Avec l'inauguration de la Maison du Mètre en 2023, le matériel a pu être conservé et mis en valeur. Le fonds d'archives était lui aussi conservé dans un local provisoire, situé à côté de la l'EHPAD de Longchaumois, dans des caisses et cartons, très largement en vrac.

Modalités d'entrées

Don en 2023 par M. Comoy, petit-fils de Raoul Prost-Rosset.

Présentation du contenu

Le fonds d'archives 176J contient les documents habituels liés à l'activité d'une entreprise : documents comptables, registres de copies de lettres, factures clients et fournisseurs... Une correspondance commerciale très riche permet de mettre au jour un réseau commercial international et témoigne de l'évolution des pratiques commerciales et publicitaires presque sur un siècle. Au début, les commandes sont passées par simple lettre ou carte postale, puis les documents commerciaux s'illustrent d'en-têtes ou de publicités, parfois même en couleur. Les documents comptables conservés dans le fonds sont malheureusement lacunaires. Par exemple, un seul livre-journal a été conservé et ne couvre que la période 1872-1879. Il en est de même pour le personnel : le fonds ne livre que très peu d'informations sur le nombre d'employés et l'organisation quotidienne du travail.

Par ailleurs, ce fonds d'archives rend compte de la forte implication des Prost-Rosset dans la vie civique et culturelle de Longchaumois : d'abord Emile, en tant que membre du bureau de bienfaisance chaumerand puis Raoul, qui est à l'origine de la réunification des deux sociétés de musique de la commune, la Société philharmonique et la Lyre chaumerande. La Société philharmonique, créée en 1855, était la musique des « rouges » et animait les bals tandis que la Lyre chaumerande, créée en 1881 à la suite de dissensions internes à la Société philharmonique, jouait pendant la messe et était vue comme la fanfare des « blancs ». Les rapports de police sur Longchaumois témoignent des troubles engendrés par la concurrence des deux sociétés de musique, notamment à l'occasion des fêtes de village. En 1908, Raoul Prost-Rosset prend la direction de la Lyre chaumerande et réussit, avec le concours du directeur de la Société philharmonique, à fusionner les deux musiques pour créer l'Union musicale de Longchaumois. Dans le fonds d'archives, des documents se rapportent à l'activité de la Lyre chaumerande, puis de l'Union musicale de Longchaumois : achat de matériel, d'instruments de musique et de costumes pour la fanfare, organisation de bals et de concours de musique...

Parallèlement à son rôle dans le rayonnement musical de la commune, Raoul Prost-Rosset a pris en charge la gestion du cinéma de Longchaumois depuis les années 1930 jusqu'aux années 1950. Les archives conservées permettent de retracer l'activité de ce cinéma, qui programmait entre 20 et 30 films par an, notamment au moment des vacances scolaires ou des fêtes religieuses.

Évaluation, tris et éliminations, sort final

Une partie des documents a été éliminée avant transfert aux Archives du Jura en raison de sa trop grande infestation de moisissures. Quelques documents ont été éliminés en cours de classement du fonds (doubles, talons de chèques, quittances&), pour environ 0.30 m.l.

Mode de classement

Au cours du classement de ce fonds professionnel, quelques documents d'archives familiales ont été retrouvés. Ils constituent la première partie de l'inventaire (deux dossiers). Les archives liées à l'entreprise de fabrication des mètres représentent la seconde partie de l'inventaire, et la plus volumineuse. Elles ont été organisées selon les grandes activités de l'entreprise (administration générale, approvisionnement, commercialisation, comptabilité&). La correspondance commerciale a fait l'objet d'un reclassement total : elle a dû être séparée entre les lettres des clients et celles des fournisseurs et redistribuéée par pays, département, commune et nom de l'entreprise. La dernière partie du fonds est consacrée à l'implication d'Emile et de Raoul Prost-Rosset dans la vie de Longchaumois : pour le premier, participation au bureau de bienfaisance et pour le second, gestion des sociétés musicales et du cinéma de la commune.

Conditions d'accès

Le fonds est librement communicable, sous réserve de l'état matériel de certains documents.

Communicable

Autre instrument de recherche

Documents en relation

En sources complémentaires, les sous-séries suivantes peuvent être consultées :

4M (police administrative), 8M (commerce), 9M (industrie), 10M (travail et main-d'œuvre),
5E73 (archives communales déposées de Longchaumois, notamment les dossiers concernant la population, le commerce et l'industrie),
3U4 (au sein du Tribunal de première instance de Saint-Claude, des juges civils tenaient une juridiction chargée des affaires commerciales).

Bibliographie

ALDER Ken, Mesurer le monde. L'incroyable invention du mètre, 2005 [cote AD39 : 8oG2864].

GARNIER Bernard, Genèse et diffusion du système métrique (Actes du colloque La naissance du système métrique), 1990 [8oG983].

Ministère de l'Industrie, Service des instruments de mesures. Attributions et aspect général du contrôle, composition du service, carrières, traitement, moyens matériels d'exécution, renseignements annexes, 1949 [Br4199].

Ministère de l'Industrie, Unités de mesure et contrôle des instruments de mesure, 1961 [Br4197].

Bulletin des poids et mesures, 1906-1908 [Per1583].

BOIVIN Jean-Luc, Longchaumois, un village du Haut-Jura au XIXe siècle, 2000 [4oF403].

Mots clés lieux

Mots clés matières

Cote/Cotes extrêmes

176J60-176J61

Date

1885-1956

Mots clés matières

La Lyre chaumerande. - Achat de partitions, matériel et instruments de musique (1909-1920). Organisation de bals et événements festifs : ticket d'entrée au concert (1885), correspondance avec la société des auteurs, compositeurs et éditeurs de musique (1909-1910), fête de Jeanne d'Arc organisée par le cercle catholique de Morbier (1908), participation à la fête patronale de La Mouille (1909-1912), organisation d'une tombola (1913). Concours de musique : invitations à des concours de sociétés musicales (1913), brouillon de discours prononcé après la remise d'une récompense gagnée lors d'un concours à Genève (1909). Relations avec les autres sociétés musicales : La Cécilienne de Nozeroy (1908), L'Union de Lavans-lès-Saint-Claude (1908), L'Union San-Claudienne [s. d.]. Correspondance avec des musiciens (1908-1909). Divers : papier à en-tête de La Lyre chaumerande [s.d.], poésies, chansons et partitions manuscrites et imprimées [XIXe]-[XXe].

Cote/Cotes extrêmes

176J60