Plaques de verre du photographe Léon Martelet, de Nozeroy

1 media

Déplier tous les niveaux

Cote/Cotes extrêmes

39Fi

Importance matérielle

16133 photographies

Caractéristiques physiques

plaques de verre

Biographie ou Histoire

Biographie sommaire de Léon Martelet

 

Léon Joseph Victor Martelet est né le 27 août 1868 à Charbonny (Jura). Il est issu d'une famille d'agriculteurs, qui comptera six enfants. Ayant perdu sa mère dès l'âge de 5 ans, il deviendra orphelin à 7 ans, lors du décès de son père. Son oncle maternel François Constant Lacroix sera alors son tuteur. Il sera placé en qualité d'apprenti à Dole (Jura) chez un marchand drapier : Jean Irénée Voidey. C'est là qu'il connaîtra sa future épouse : la fille de son employeur, Julie Voidey, avec laquelle il se mariera le 16 février 1895. De cette union naîtra sa fille unique Juliette, qui plus tard tiendra avec son époux André Jeunet le Grand Café des Sports à Salins (Jura). C'est vers 1900 qu'il vient à Nozeroy pour y tenir un commerce de "tissus et nouveautés" au n° 27 de la Grande Rue sous l'enseigne "Martelet - Voidey".

Il est initié à la photographie probablement par Maître Bernard, notaire à Nozeroy. Avec une chambre photographique, il prendra des clichés des événements marquants du canton : processions, défilés... Puis, la notoriété venant et le phénomène photographique se banalisant, il va être sollicité par les habitants du canton pour réaliser des prises de vue à l'occasion des étapes importantes de leur vie (baptême, communion, conscription, mariage, décès). Il exercera officiellement le métier de photographe à partir de 1928 (ADJ : Annuaire du Jura). C'est dans son studio ou chez eux qu'il fixera sur ses plaques de verre de marques Grieshaber Frères, Agfa, Lumière etc... les tranches de vie de ses contemporains.

Léon Martelet s'éteindra le premier juin 1959 à Nozeroy.

Histoire de la conservation

 

Lors de l'acquisition de la maison ayant appartenu à Léon Martelet, Madame Nicod a découvert dans le grenier de très nombreuses boîtes contenant des plaques de verre photographiques. Subodorant une valeur documentaire et un intérêt vernaculaire à ces images, elle a signalé leur existence à l'Association des Amis du Vieux Nozeroy. La présidente de cette association, Madame Françoise Demont, prit alors langue avec le conservateur des Archives départementales du Jura : Monsieur Hours. L'ensemble des plaques fut acheminé aux Archives départementales pour y être dépoussiéré, conditionné (voir infra "traitement du fonds") et inventorié. Parallèlement, une sélection des images présentant un intérêt documentaire de même que les photos d'identité de gens d'église et d'instituteurs fut effectuée par Monsieur Hours et des tirages photographiques en ont été réalisés par Christine Mars (atelier de photographie des Archives départementales du Jura) et cotés en 28 Fi, soit 1 780 items, environ 10 % de la totalité du fonds. L'ensemble des plaques de verre fut restitué à la commune de Nozeroy après ce traitement. En 1999, Monsieur Cuer entreprit des démarches auprès de la commune afin que ce fonds soit dans un premier temps donné par Madame Nicod à la commune de Nozeroy, puis déposé par la commune aux Archives départementales, dont les locaux sont plus adaptés à leur conservation. Après accord de tous les héritiers de Léon Martelet et de Madame Nicod, la commune de Nozeroy a donc accepté de déposer le fonds "Martelet" aux Archives départementales du Jura (voir plus bas, le contrat de dépôt joint en annexe). Ces originaux ont été cotés en 39 Fi.

Toutefois, à l'occasion de ces transferts quelques plaques ont disparu, dont seuls demeurent des tirages effectués lors de leur premier traitement aux Archives départementales du Jura. Il s'agit des cotes 28 Fi qui n'ont pas de concordance en 39 Fi (voir Annexe I).

Modalités d'entrées

Dates d'entrée : mars 1999

Modalités d'entrée : dépôt de la Ville de Nozeroy

Présentation du contenu

Typologie, contenu et indexation du fonds

 

TYPOLOGIE

Le fonds est constitué de 17 576 plaques de verre recouvertes d'une pellicule photo-sensible au gélatinobromure d'argent. Elles sont de différentes marques, les plus fréquentes étant : Agfa, Lumière et Grieshaber Frères. Elles sont de formats : 13x18 et 9x13 (les plus usités) et de sensibilités différentes. Toutefois, figurent également dans le fonds 87 plaques de verre au format 15x40 cm dont les tirages auraient été utilisés par le PLM ou la SNCF afin de décorer les wagons voyageurs. Aucune preuve n'a pu être apportée à l'appui de cette assertion issue de la tradition orale locale.

Ont été adjoints au fonds :

- une vingtaine de tirages papier noir et blanc (9x13) réalisés par Léon Martelet à l'occasion d'un pélerinage.

- cinq reproductions, réalisées par l'atelier photographique des Archives départementales, des tirages prêtés par l'Association des Amis du Vieux Nozeroy et dont les originaux ne figurent pas dans le fonds.

- une reproduction de la photo d'identité de Léon Martelet figurant sur son permis de conduire.

- deux lettres autographes du curé d'Aresches passant commande à Léon Martelet d'un reportage sur un pélerinage.

 

 

COMPOSITION ET NATURE DU FONDS

 

Tout d'abord, il convient de préciser que l'ensemble de ce fonds ne comporte pas que des clichés réalisés par Léon Martelet, mais aussi, fort vraisemblablement, par Maître Bernard (voir plus haut, biographie de Léon Martelet). Certains d'entre eux sont, en effet, trop anciens (soldats prussiens sur une place de Nozeroy, par exemple) pour avoir été pris par Léon Martelet. Dès lors, dans les fichiers analytiques des cotes 28 Fi, elles sont signalées par un "?" dans la rubrique auteur. La période couverte par ce fonds est donc très large, presque un siècle, d'environ 1860 à 1950. Toutefois les datations figurant dans les fiches analytiques ne doivent en aucun cas toutes être considérées comme fiables. En effet, elles résultent des indications figurant sur les boîtes dans lesquelles les plaques ont été découvertes à Nozeroy... Des erreurs manifestes ont été corrigées, en particulier grâce à l'Association des Amis du Vieux Nozeroy et au généreux concours de Monsieur Demont et de Monsieur Martine.

La très grande majorité du fonds est constitué de photos d'identité individuelles ou familiales réalisées soit en gros plan, soit en plan américain, soit en portrait en pied. Outre cette galerie de portraits impressionnante, on trouvera dans ce fonds et notamment dans la sous-série 28 Fi des images présentant un intérêt documentaire certain sur presqu'un siècle de vie d'un canton rural. Les mutations en profondeur de ce monde agricole deviennent lisibles et tangibles. Ce ne sont plus des mots, mais des photos. De la traction animale on passe à la machine à vapeur, puis au moteur à explosion. De la lampe à pétrole, on passe à l'électricité. Peu à peu émerge une civilisation de loisirs.

Par ailleurs figurent dans ce fonds des séries de photographies thématiques que l'on pourrait qualifier de reportages :

- école de jeunes filles de Dijon :
- présence de militaires canadiens dans la forêt de la Joux en 1917 et 1918 ;
- construction d'une ligue de tramway Champagnole-Foncine-le-Haut ;
- transformation du moulin de saut en usine hydroélectrique.

INDEXATION

Seules les images qui avaient été anciennement cotées en 28 Fi ont été indexées finement après examen visuel attentif de chacune d'elles.

Les fichiers d'index utilisés sont les suivants :
- lieux
- thésaurus iconographique
- personnes (dans le respect du réglement européen de protecion des données personnelles)

S'agissant de l'indexation "lieux", elle a été effectuée chaque fois que le cliché permettait une identification sûre de l'endroit de la prise de vue, notamment pour les photographies prises en extérieur. Pour ce qui concerne les "identités", faites pour la plupart dans le studio ou dans la cour intérieure de la maison de Léon Martelet, c'est bien évidemment le lieu d'origine de la personne ou celui où il exerçait son activité qui a été retenu. Ce travail a été considérablement facilité par les indications gravées par Léon Martelet sur chacune des plaques de verre. Ces dernières n'ont pas fait l'objet de recherches complémentaires en vue de déceler d'éventuelles erreurs ou inexactitudes.

Les mots du thésaurus iconographique ont été utilisés chaque fois qu'un lien a pu être établi entre les sujets principaux ou annexes de la photographie et les mots du thésaurus. Ainsi, dès lors qu'une automobile est présente de manière significative sur le cliché, sans toutefois qu'elle eût constitué l'élément déterminant pour la réalisation de la prise de vue, une indexation au mot "automobile" est effectuée.

Le fichier "V.I.P." n'a été utilisé que pour les photographies représentant des statues ou des tableaux d'hommes célèbres (Pasteur) ou de personnages religieux majeurs (Vierge Marie). Les noms de personnes représentées dans les clichés seront donc à rechercher en plein texte dans la base Avenio.

Les cotes 39 Fi qui n'avaient pas été cotées en 28Fi ont été indexées en tenant compte uniquement des indications gravées par Léon Martelet, qui constituent d'ailleurs le titre de la cote. Elles n'ont pas fait l'objet d'un examen individuel visuel permettant de préciser, d'affiner l'indexation.

 

Évaluation, tris et éliminations, sort final

Traitement du fonds

 

Toutes les plaques ont été dépoussiérées et nettoyées. Elles ont toutes été placées individuellement dans des enveloppes réalisées en papier de conservation (pH neutre) et placées dans des boîtes ad hoc en polypropylène. Selon une analyse réalisée par les techniciens du Musée Nicéphore Niepce de Châlon-sur-Saône, les étapes de développement de la couche photo-sensible ayant été correctement réalisées, notamment la fixation, les mesures conservatoires étant appropriées, et aucune attaque de champignons n'étant visible à l'issue de l'examen de visu de quelques plaques, leur pérennité semble pouvoir être assurée à long terme.

Conformément aux termes du contrat de dépôt, l'ensemble du fonds a été numérisé. Les plaques sont scannées au rapport 1, sans aucune retouche ni correction des valeurs de luminosité, contraste ou gamma. Bien entendu et pour une meilleure lisibilité, les images ont été inversées du négatif vers le positif.

S'agissant des images cotées 28 Fi, les tirages ont été effectués par l'atelier de photographie des Archives départementales sur du papier photographique par simple "tirage contact" donc au rapport 1. Ils sont conservés dans des pochettes en mylar, rassemblées dans sept classeurs et une boîte de conservation pour les grands formats.

Conditions d'accès

NC numérisé

Conditions d'utilisation

Réutilisation

Toute utilisation autre que dans un cadre strictement privé est soumis à autorisation de la Ville de Nozeroy, propriétaire du fonds, et soumise à éventuelle redevance.

Caractéristiques matérielles et contraintes techniques

Les originaux, des plaques de verre, sont strictement incommunicables en salle de lecture.

Existence et lieu de conservation de copies

Mention du fonds 28 Fi (tirages papier)

Les plaques de verres ne sont pas communiquées en salle de lecture des Archives. Numérisées entre 1999 et 2000, on accède sur le présent portail aux vues numériques de chaque plaque.

Mots clés auteurs

Militaire Millet - Vital. La Favière

Cote/Cotes extrêmes

39Fi158

Date

1915

Importance matérielle

1 images

Caractéristiques physiques

Support : verre

Type de document : négatif N&B

Dimensions

13 X 18

Modalités d'entrées

Entré en : 1999

Dépôt

Conditions d'accès

NC numérisé

Non communicable

Mots clés lieux

Mots clés matières