Depuis 2000

Un bâtiment "inversé" et agrandi aux salines de Montmorot

En 1998-1999, les études aboutissaient à agrandir le bâtiment des Archives tel qu’il existe à présent. L’élément principal du projet était l’édification d’une nouvelle tour derrière la précédente pour accueillir environ 10 nouveaux kilomètres de rayonnages, mobiles pour la plupart, sur 6 étages totalement clos vis-à-vis de l’extérieur. Cela portait à 24 km environ les capacités de rangement des archives. L’édification de la tour fut permise par la construction de très solides fondations à grande profondeur dans le sol instable des anciennes salines.

 

Les travaux commencent par la destruction de l'ancien 

escalier de secours. Il sera remplacé par un sas, avec 

ascenseur, qui mènera au nouveau bâtiment. 

(Arch. dép. Jura, cl. C. Mars)

 

 

Construction du nouveau bâtiment, avec la future salle de

lecture en rez-de-chaussée. (Arch.dép. Jura, cl. C. Mars)

 

 

Destruction de l'ancienne salle de lecture pour l'aménagement

de futurs bureaux (Arch. dép. Jura, cl. C. Mars)

 

 

Visite d'un magasin non aménagé du nouveau bâtiment lors

de l'inauguration, décembre 2000 (Arch. dép. Jura, cl. C. Mars)

Trois éléments remarquables marquaient ce projet. On ne se contentait pas de construire une tour de magasins d’archives. On logeait à la base de cette tour, à hauteur de rue, une nouvelle, grande et haute salle de lecture, avec une mezzanine qui abrite salle de conférence et bureau du service éducatif. Tout autour était aménagé un jardin japonais large de 2 mètres environ, clos de murs, et qui isole les lecteurs de l’extérieur en leur offrant un climat serein de verdure et de fleurs, propice au calme de la recherche. Ce nouvel agencement entraînait pour le public le « retournement » de la partie publique du bâtiment à 180 degrés : le lecteur n’accède plus par la route nationale mais par l’impasse des archives, la bien nommée, qui lui est parallèle à l’arrière du bâtiment. Les espaces construits dans la nouvelle tour furent dotés d’un système d’amenée et de sortie d’air contrôlé et climatisé.

 

 

Le troisième élément était que le chantier fut étendu à l’ancien bâtiment, non seulement pour affecter à de nouvelles fonctions l’ancienne salle de lecture, mais aussi et surtout pour agrandir et moderniser considérablement les ateliers de reliure et de photographie au rez-de-chaussée de l’ancien bâtiment, et y adjoindre un atelier dédié au reconditionnement des fonds. A cela s’ajoutaient divers espaces techniques et de rangement, l’aménagement de quelques magasins d’archives en salle de tri et en salles de cartes et plans, devenues absolument nécessaires par l’entrée massive de fonds techniques (cadastre, en 2000, ONF…) et un souci accru de préservation des plans versés avec les dossiers administratifs depuis plus de deux siècles.

 

 

Le bâtiment réorganisé, agrandi, rafraîchi, fut inauguré à la fin de l’année 2000.

 

 

Cependant, tous les étages de la nouvelle tour ne furent pas immédiatement équipés de rayonnages. Une nouvelle phase d’équipement intervint entre la fin de l’année 2005 et l’année 2006 pour parachever cet équipement en modulant le mobilier prévu au projet initial : on installa certes encore des rayonnages mobiles sur deux étages mais aussi des meubles-étagères à plans et une structure à plans de très grand format (2m x 3m) au dernier étage.

 

 

Près de 21 kilomètres de documents occupent en 2016 le bâtiment. Les entrées de documents sont contrôlées à la source depuis plusieurs années pour éviter absolument de laisser entrer des papiers inutiles qui encombrent les rayons et dont la gestion jusqu’à leur destruction, est un poids pour le personnel et un coût inutile à la collectivité.

 

 

 

 

Archives départementales du Jura, 2016©