aller au contenu | aller à la navigation

AvenioWeb

Chemin de navigation

 

 

Les métiers de la conservation

Conditionner et ranger les archives

Si chaque archiviste s’attache conditionner proprement les archives qu’il a lui-même classées, des versements entiers de l’administration et des fonds anciennement conditionnés doivent être repris complètement parce que les matériaux employés sont abîmés, ou parfois nocifs à la conservation pérenne des documents. Un atelier de reconditionnement existe aux Archives du Jura pour ces travaux portant généralement sur des séries et fonds complets ; il emploie à ce jour deux personnes. Dans le cas de classement de très gros fonds d’archives, le reconditionnement se partage entre l’archiviste et l’atelier de façon complémentaire. Utilisant des techniques manuelles simples et des matériaux adaptés, elles dépoussièrent et défroissent les documents et les rangent dans des chemises ou sous-chemises puis dans des cartons, en ayant soin de noter les manques et toute anomalie relevée entre l’inventaire de ces fonds et leur état actuel. Ces opérations sont accompagnées de la vérification de l’estampillage systématique des documents qui certifie l’origine de conservation des documents aux Archives du Jura.

 

 
 

Voir cette image

Le rangement des archives n’est pas synonyme de stockage massif et définitif. Aux arrivées continues de versements de documents en masses extrêmement variables, de quelques boîtes à 20 ou 30 mètres par versement, s’ajoutent les manutentions propres au traitement des documents par les archivistes, le relieur, le photographe… La gestion de l’espace est une nécessité pour économiser celui-ci et les efforts passés à mettre en place ou ressortir les fonds.

 

 
 

Voir cette image

 

 

Quelques données du Jura :

Depuis cette dernière décennie, les fonds du contrôle des actes, des documents d’enseignement d’Ancien Régime, des parties de fonds de l’Intendance, les recensements de population, les documents des chapitres des collégiales d’Ancien Régime ont été reconditionnés spécifiquement. Plusieurs fonds de notaires et d’institutions religieuses ont été et sont en cours d’estampillage systématique. Il rentre par ailleurs environ 200 à 250 mètres de documents par an aux Archives qu’il faut ranger dans les magasins tandis que le classement ou la reprise de fonds d’archives entraîne refoulement et manutention d’environ 200 mètres de documents chaque année.

 

 

 

Les lieux d’activité des professionnels de la conservation :

Relieur-restaurateur, photographe, agents préposés au reconditionnement et à la manutention des fonds disposent d’ateliers et de matériels techniques professionnels dédiés spécifiquement à leur activité [Faire la visite virtuelle des Archives].

 

 

Imprimer

Haut de page